Brève histoire : les cuirs Connolly

MessagePosté par yvesdep » 16 Nov 2013, 18:19

Bonsoir les ami(e)s,



Pendant plus d'un siècle, la légendaire société Connolly Bros a fourni des cuirs de très haute qualité, utilisés -entre autres- par les marques britanniques les plus prestigieuses, dont Rolls-Royce , Bentley , Aston Martin et Jaguar .
Tâchons d’en découvrir sommairement l’histoire.

Image

En 1878, deux frères,  John Joseph et Samuel Frederick Connolly ont une idée géniale. Ils décident d’investir toutes leurs économies dans la concrétisation de cette idée et ouvrent sur  Euston Road à Londres leur petit commerce révolutionnaire : la première cordonnerie minute ("while-you-wait" en anglais).

Image

Très vite, leur boutique ne désemplit pas.
Les Connolly acheminent leur matière première par carrioles et en viennent tout naturellement à fabriquer des harnais pour les chevaux, puis de fil en aiguille différents articles de sellerie et l’habillage des banquettes de calèche. Leur savoir-faire étant reconnu et recherché, ce sont ensuite les premières compagnies de chemin de fer qui font appel à eux, puis, presque naturellement, les premiers constructeurs de voitures automobiles.

En moyenne, sept à neuf peaux de vaches sont nécessaires pour habiller l’intérieur des Jaguar, des Jensen, des Aston Martin...

Le cuir est un matériau de luxe certes, mais c’est aussi et surtout un matériau aux multiples propriétés, très difficiles à obtenir sur un matériau synthétique : il se réchauffe très rapidement au contact de votre corps, garde très bien la chaleur. Correctement tanné et traité, le cuir de qualité « respire », mieux encore que la laine. Il est perméable à l'air, mais aussi à la vapeur d'eau, permettant ainsi l'absorption de la sueur et de la chaleur. Il ne colle pas à la peau. Alors qu'il absorbe la vapeur d'eau, il n'absorbe pas facilement le liquide, de sorte que la pluie ne lui nuit que peu et qu’un chiffon humide peut être utilisé pour le garder propre. Il ne se déchire pas facilement, vieillit très lentement, peut être rénové, a un aspect attrayant, s'adapte et prend forme facilement aux travaux de tapisserie, a une odeur agréable, est devenu synonyme de confort, de qualité et de bon goût.
La plupart des cuirs utilisés par Connolly proviennent de Scandinavie, où les vaches passent la majeure partie de leur vie à l'intérieur pour échapper aux intempéries.
Les peaux scandinaves échappent également aux dommages causés par les barbelés et aux divers parasites.


La taille dépend largement de l'âge de la vache, la moyenne étant de 4,5m2. Les plus grandes peaux viennent d'Allemagne du Sud et la plus importante jamais vue par Connolly avait une surface de 120 pieds carrés, soit un peu plus de 11m2 !

Image

Connolly Bros a sa propre tannerie à Canterbury. Les peaux tannées, sèches et tendues arrivent à Wimbledon en balles de sept pieds de long d'environ 25 peaux.

Chacune d’entre elles a reçu un total de 12 inspections et est estampillée pour indiquer la qualité, l'origine, la date, etc.

Elles subissent ensuite une longue série d’opérations destinées à les affiner, à les assouplir puis à les colorer, avant de parer la carcasse des sièges automobile de la plus belle des façons.

Image

Image


Frederick Ignace, l'aîné des quatre fils de Samuel Frederick, rejoint l’entreprise en 1912. Il est littéralement passionné d’automobile et compte parmi ses amis Herbert Austin , William Morris, Starley, Wilks et Sir William Lyons. Il est très apprécié de toutes ces personnalités.

Frederick Ignace gravit tous les échelons de la société Connolly, devenue au fil des ans une grande entreprise, jusqu’à en devenir PDG de 1948 à 1950.

Image

En 1927, Connolly met au point une nouvelle finition révolutionnaire qui permet de produire des cuirs dans pratiquement toutes les couleurs : brun, beige, rouge, vert, bleu…

Image


A la fin des années 1950 et au début des années 1960, près de 85% des peaux traitées par Connolly Bros sont vendues à l'industrie automobile, mais au milieu des années 1970, ce chiffre tombe à 60%.
Peu à peu en effet, les produits synthétiques, moins chers et plus faciles à travailler, remplacent le cuir dans la sellerie automobile.
L’automobile se démocratisant, les constructeurs se tournent en effet vers des matériaux à la fois moins chers mais aussi disponibles rapidement en grande quantité et permettant une standardisation de la production.
Connolly Bros diversifie sa production en conséquence en fournissant également l’industrie de l’ameublement, l’aéronautique, le nautisme, etc.

Malheureusement, comme cela s’est assez souvent produit dans le monde de l’entreprise, Connolly a mal négocié le virage industriel des années  80-90. Son implantation à Détroit, aux USA, est mal préparée et mal calculée : ce qui devait être la conquête d’un nouveau marché s’avère un véritable gouffre financier pour l’entreprise, dont les cuirs haut de gamme ne trouvent pas preneur auprès des constructeurs autos américains, qui en jugent les prix disproportionnés. Les dettes s’accumulent et l’entreprise finit par fermer ses portes en 2002.

Mais un descendant de la famille, Jonathan Connolly, a récemment racheté les droits d’exploitation et a relancé la production des cuirs « Vaumol » Connolly, le haut de gamme de la marque :

http://www.connollybros.co.uk/vaumol.html


Adissiatz,

Yves
yvesdep


"The car is the closest thing we will ever create to something that is alive" (Sir William Lyons)

S.A.T.S².A.G.C.D² (Son Altesse Très Sérénissime le Sublime Administrateur Général en Chef de Droit Divin)
Avatar de l’utilisateur
yvesdep
SuperAdmin
 
Messages: 11386
Points: 310820
Inscription: Fév 2012
Localisation: Toulouse
Sexe: Masculin

Re: Brève histoire : les cuirs Connolly

MessagePosté par BritishCarDriver » 18 Nov 2013, 11:43

Très chouette résumé.

Le cuir Connolly Bros. Vaumol est celui utilisé par Rolls-Royce ... j'en ai un morceau à la maison, provenant des archives de l'atelier de ma voiture.

Le seul "défaut" de ce cuir, c'est que - comme expliqué dans l'historique, Connolly a inventé un procédé pour obtenir toutes les couleurs - ce cuir est teinté en surface ... et avec les années (longues, certes), il se décolore et devient chamois, puisque c'est la teinte naturelle des peaux.

Par contre, tant qu'il n'est pas fissuré, il peut être restauré et garde une patine inimitable.
Jaguar S-type 2.5 V6 phase II (usage professionnel)
Jaguar XJ 2.7 V6 (X350)
Bentley Sports Saloon 1957 
Avatar de l’utilisateur
BritishCarDriver
Novice
Novice
 
Messages: 80
Points: 1150
Inscription: Aoû 2013
Localisation: Belgique - Brabant
Sexe: Masculin

Re: Brève histoire : les cuirs Connolly

MessagePosté par petit_gg » 24 Mar 2019, 15:22

Très intéressant et très richement documenté, cet article ! Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
petit_gg
Maître Jedi
Maître Jedi
 
Messages: 542
Points: 8370
Inscription: Sep 2016
Localisation: 77120-Mouroux
Sexe: Masculin

Re: Brève histoire : les cuirs Connolly

MessagePosté par yvesdep » 24 Mar 2019, 15:31

Merci Petit_gg! :jap:

La plupart des illustrations proviennent de la partie "histoire" du site de Jonathan Connolly cité en fin d'article.

Adissiatz,


Yves
yvesdep


"The car is the closest thing we will ever create to something that is alive" (Sir William Lyons)

S.A.T.S².A.G.C.D² (Son Altesse Très Sérénissime le Sublime Administrateur Général en Chef de Droit Divin)
Avatar de l’utilisateur
yvesdep
SuperAdmin
 
Messages: 11386
Points: 310820
Inscription: Fév 2012
Localisation: Toulouse
Sexe: Masculin

Re: Brève histoire : les cuirs Connolly

MessagePosté par gilbert38 » 24 Mar 2019, 18:51

Merci, Yves, pour ce documentaire très instructif.

Mais je voudrais bien voir en photo un bestiau de 11 m² ! Ah! la vache ! Quel monstre ! Qui a dit que les dinosaures étaient tous éteints ?


Le synthétique ? Je me souviens des sièges banquettes des Simca : en Août, ils produisaient un bruit de friture accompagné d'une horrible douleur "fondamentale" quand on avait le malheur de s'y asseoir sans les laisser quelques minutes en courant d'air.
can1cule
Et on s'y gelait le c.. en hiver quand la voiture avait couché dehors.
froid1
Sur le sky, on s'caille !

Et on finissait par les recouvrir de couvre-sièges en étoffe.
Jaguar : auto-satisfaction
Avatar de l’utilisateur
gilbert38
Maître de l'ordre
Maître de l'ordre
 
Messages: 2985
Points: 32740
Inscription: Juin 2015
Localisation: Isere
Sexe: Masculin


Retourner vers Jaguar : petites et grande histoires.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron